• Accueil
  • > Archives pour janvier 2012

Archives

Archive pour janvier 2012

Les dessins animés

Bonsoir à toutes et à tous.

 

Je prends ce soir ma plume informatique pour lancer un mouvement de contestation à l’encontre des dessins animés ! Etant né dans les années 1980, j’ai été bercé par les dessins animés cultes tels que les chevaliers du zodiac ou encore les séries édulcorées comme Hélène et les garçons. Petite parenthèse sur Hélène, si on compte tous ses séries, elle s’est quand même envoyé un paquet de bonhommes… Bref, au niveau mœurs, violence et apprentissage de la séduction de masse ce n’était pas l’idéal, mais au moins, enfant, nous gardions une certaine dignité en tant que jeune téléspectateur.

 

Dernièrement, j’ai regardé les programmes qui sont proposés à la nouvelle génération. Déjà, il faut reconnaitre que Pokémon a enfin été supprimé… Ce dessin animé grotesque ou un jeune gredin et ses compères jettent des balles pour capturer des animaux… J’ai essayé, quelle arnaque, cela ne marche pas ! Le seul animal qui se laisse prendre c’est la femme, il faut pour cela remplacer la boule par une carte bleue (quoi que…).

 

Vous l’avez compris, plus de Sasha, plus de Musclés, maintenant on a Diego, Bob l’éponge, les Totally spies ou encore Dora. Je commencerai par Bob l’éponge. On prend encore une fois les enfants pour des imbéciles : une éponge un peu débile préparant des sandwiches d’une hygiène douteuse… Comme un goût de déjà vu : on appelle ça un employé de chez Mc do… Suivent les Totally spies, trois jeunes femmes différentes, une intello, une standard, une imbécile (il faut de tout pour faire un monde les enfants… même un rousse…) qui se retrouvent dans deux passions communes : courir les garçons et faire les boutiques… Et après on s’étonne… Comble du grotesque : Dora l’exploratrice. Le dessin animé interactif qui fait participer l’enfant. Un de ces dessins animés qui pose des questions tout à fait stupides du style : « Montre-moi où est la foret ! » et là, vous assistez, impuissant, au spectacle de votre gamin qui parle à une télévision: « elle est là elle est là » et vous l’envie de dire : « t’as qu’à te retourner, elle est derrière toi la forêt connasse » vous torture. En plus, je trouve ça assez clivant, imaginez le pauvre petit aveugle devant la télé… Il doit se sentir exclu de pas savoir où est la forêt. Pour couronner le tout, ça devient limite pornographique ! Non mais vous avez vu la longueur du short de Dora ? A ras du petit abricot… Parenthèse anatomique : j’explique la métaphore de l’abricot. Il s’agit du premier stade de développement temporel de la vulve, s’en suivent la moule, l’huitre et enfin, après cinquante ans, la crête de dindon séchée. Mais bon, pour en revenir à Dora la tentatrice, non contente d’allumer votre enfant avec ses tenues olé-olé, elle lui lance des « come on » limite pervers et se dandine à côté d’un singe totalement nu, simplement vêtu de bottes fétichistes. Et ça ne choque personne…



Les fêtes!

Bonjour à tous, telle la nouvelle de l’enfant né d’une pucelle dans une grange, je reviens de nulle part afin de partager avec vous cet excès de bonheur et de sympathie que nous apportent les fêtes de fin d’année.
Je suppose que beaucoup d’entre vous en ont profité pour festoyer. Vous avez bien raison, pour une fois que le calendrier nous autorise à deux beuveries en sept jours, il ne faut pas se priver : il n’avait qu’à pas naître une semaine avant le nouvel an le gamin !
Il y a tellement à dire sur ces fêtes et nos petites habitudes stupides qui les accompagnent. Commençons par Noël.
La France, pays laïque par excellence, a choisi de célébrer la naissance de Jésus. Je crois personnellement plus que l’on célèbre la pérennité du mensonge d’une femme qui a crié au miracle à la naissance de son enfant sous prétexte qu’elle l’aurait fait toute seule… Elle ne nous prendrait pas un peu pour des cons Marie là ? Joseph n’aurait donc rien tenté ? On aura toujours un doute… (sauf Goldman apparemment).
Bref, on fait la fête pour ce petit bonhomme (sans se rappeler comment il a fini 33 ans plus tard parce que ça coupe l’appétit). Viennent autour de ces réjouissances, les traditions païennes que l’on a ajoutées au fil du temps. Le sapin : on tue un arbre pour célébrer une vie : cool, je croyais que les sacrifices pour les Dieux étaient finis moi… Le père Noël : ou comment prendre toute une tranche d’âge humaine pour des cons. Je ne parle évidemment pas des enfants… Un gamin de 4 ans, il croit ce qu’on lui dit, c’est naturel, mais un couple de trentenaire averti qui se déguise et scénarise l’arrivée d’un barbu alcoolique en fourrure chez eux, paye 15 euros une photo avec ce même barbu au supermarché ou achète une montagne de cadeau à leur enfant parce qu’il a envoyé une lettre sans timbre… Je vous laisse méditer là-dessus. Noël, de nos jours, apparait plus comme un exutoire pour la populace brimée et épuisée. Pour moi Noël, c’est un peu comme du poppers gratuit, on nous le fait renifler à la fin de l’année pour mieux nous enfiler à la rentrée.

Passons au jour de l’an.

Cette année, ce fut très calme. On ne pouvait pas faire grand-chose en même temps… Pour notre sécurité, on n’avait pas le droit de trop faire la fête. D’un autre côté, est-ce vraiment raisonnable de célébrer le passage d’un jour à un autre ? Tout cela par ce qu’un Pape a décidé qu’on changeait d’année ce jour-là (Un Pape ?? Mais non, le calendrier ne serait pas laïc ??). Le 31 décembre est donc le jour choisi par tous les apprentis comateux-tétraplégiques pour expérimenter le drink-driving (comprenez : je prends le volant saoul et fuck la life (comprenez : Vive la France)). C’est donc le soir de tous les dangers, les policiers ont leur critérium, leur ballons et leurs gilets fluorescents prêts à en découdre, les ados ont leurs préservatifs planqués dans leur portefeuille et les autres… Ben on se fait chier en fait. Cette soirée ne fait que vérifier le fait qu’une soirée planifiée ne vaut pas une soirée improvisée. Cet étalage surfait de bonheur, cette façon superficielle de s’habiller correctement, la bonne humeur mal placée et le décompte final imbécile me rendent un peu nauséeux. Ah le décompte final ! Ça c’est bien pensé ! Comme ça on a tous l’air d’idiots en même temps partout dans le fuseau. Je me suis quand même toujours demandé si on faisait 3,2,1,0 Bonne année ou plutôt 3,2,1 Bonne année… Mystère ! Ensuite dernière stupidité du nouvel an, les résolutions ! C’est ce jour-là que les gens choisissent pour arrêter de bouffer à en crever, d’arrêter de tromper leur femme, d’arrêter de fumer, d’arrêter d’adorer Bacchus… Autant dire, comment se faire du mal en mentant éhontément, en public, en prononçant des vœux irréalisables…On dirait le mariage tiens…

Bonne année à tous !!